Bénin, Burkina Faso, Togo
Portugal


Ariège Le Mas d'Azil Engagement, Charismes, Formation.

Le Mas d’Azil

Le 13 septembre  2015

Ce que l’esprit nous soufflera au cours de ce mois de chapitre
Comme à notre habitude nous nous sommes retrouvés au prieuré des sœurs des campagnes pour notre rencontre trimestrielle. Le groupe composé d’une vingtaine de personnes se retrouve avec beaucoup de joie  et de convivialité. Nos rencontres sont l’occasion de nous retrouver et ainsi de préciser  notre engagement et notre appartenance à la « communauté » des frères et des sœurs  des campagnes ainsi que notre besoin de formation.Justement, à propos d’engagement et d’appartenance cette rencontre a pour principal sujet la préparation des chapitres. Dans le but d’associer chacun à cette démarche nous avons constitué trois groupes avec  à charge pour chaque groupe de traiter un des trois thèmes.Les échanges ont été riches et spontanés avec une participation active de chaque membre.  Nous vous faisons part de nos réflexions malgré la difficulté de résumer le volume et la richesse de la contribution des participants.

l’appartenance
Le groupe est revenu sur l’histoire des frères et des sœurs en Ariège, sur la  richesse de la proximité de la simplicité et de la mission d’évangélisation des deux congrégations dans nos vallées perdues.L’appartenance  date de longtemps pour certains. Ils se sentent proches depuis toujours. Une sensibilité commune concourt à l’adhésion et «  on sent que l’on peut se  faire confiance ».Pour une partie du groupe participer à nos rencontres,  c’est déjà appartenir à la Communion . Pour d’autres, l’appartenance  porte aussi sur la participation à des haltes, des retraites ou bien à notre marche du 14 juillet.Ce qui compte pour tous : c’est de faire souffler l’esprit des frères et des sœurs et il se dégage une idée commune que «  ce qui a provoqué  l’appartenance c’est le lien avec la communauté ».
Après ce premier constat sur l’historique, la seconde partie du débat porte sur l’avenir avec pour sujets :Comment renouveler notre groupe : bien que nous ayons un groupe constitué d’une vingtaine de personnes il apparaît à tous comme indispensable d’assurer notre pérennité par l’arrivée de nouveaux membres.  Ce renouvellement peut être assuré pour une meilleure visibilité de notre famille spirituelle, en effet nous parlons peu ou pas de notre famille et nous ne cherchons pas à attirer.  Il ressort de nos échanges sur le renouvellement que nous pourrions trouver de nouvelles ressources qui sont à ce jour identifiées en invitant à nos rencontres des personnes proches des frères et des sœurs.La deuxième partie du débat porte sur le contenu : à ce jour nous organisons des rencontres trimestrielles et avec nos amis des autres départements  du sud-ouest nous organisons à tour de rôle des haltes, des retraites ainsi que la marche du 14 juillet. Nous animons des réunions des référents entre les quatre départements afin d’assurer un lien entre le Tarn, l’Ariège, la haute Garonne et le Gers.
Le groupe trouve déjà ce programme consistant, pour autant une proposition se fait jour d’organiser une soirée avec en première partie  un enseignement ensuite un repas et pour terminer une messe.

La formation
Le groupe souligne que nous ne pouvons pas évacuer la connaissance de l’Evangile et que nous n’avons qu’une seule règle «  l’Evangile ».Il ne faut pas que nous oublions que la communion n’est pas isolée et que nous faisons partie d’une église et qu’à ce titre nous devons être en lien avec  l’évêché,  le diocèse  et notre paroisse.« La formation doit se faire dans l’esprit de respect et de liberté » La formation ne doit pas être de type scolaire. Elle doit prendre modèle sur la vie des  Frères et des Sœurs ce qui engendrerait une ouverture plus grande des prieuré vers les laïcs pour  que ceux-ci se nourrissent de l’Evangile dans le but de vivre l’Evangile au quotidien.
La formation c’est se nourrir du charisme et le vivre avec les frères et les sœurs. Pour certains, leurs présences  aux rencontres   de la communion est  déjà une forme de formation . « Dans l’esprit et le cœur je suis toujours en chemin, donc en formation  au travers des autres ». Le besoin se fait ressentir sous la forme d’une retraite de trois jours , pour vivre en profondeur, pour se ressourcer afin de se trouver en fin de retraite serein apaisé prêt à aller vers les autres. Pour d’autres la formation est un engagement  pendant des  temps  organisés. On se donne un programme et un rythme par exemple  le partage et l’ étude de  l’Evangile ,le charisme des frères et des sœurs.

L’engagement
La proximité  entre l’appartenance et l’engagement entraine un mélange entre les deux thèmes. Une partie du groupe se sent appartenir et ne demande  pas d’engagement précis surtout parmi les aînés.Pour les personnes qui souhaitent un engagement comment cheminer ?

Comment matérialiser   un engagement ?
L’engagement est une démarche volontaire, personnelle selon les attentes,  les états de vie …. Il s’agit de transmettre et de partager le charisme des Frères et des Sœurs des Campagnes.La réciprocité de l’engagement   de tous  est essentielle.
Il faut que nous montrions plus notre  engagement   par notre façon de vivre à l’image des Frères er des Sœurs.


Les débats sur les trois thèmes ont été d’une grande qualité avec une participation active de tous et au cours de la restitution les réactions ont été nombreuses , de qualité et nous avons  senti beaucoup d’attachement à notre sensibilité et l’investissement de tous, ce qui  est rassurant pour la vie de notre groupe de la communion.
Après ce sujet passionnant nous avons écouté attentivement le témoignage de Meiling sur son parcours avec un groupe de Chinois sur le chemin  de Saint Jacques de Compostelle .
Ensuite nous avons lu en commun une prière de Sœur Ghislaine et la distribution à chacun du recueil de  prière de neuvaine  en vue des Chapitres. Pour terminer par un moment de convivialité autour d’une collation bien méritée après cette rencontre dense, fraternelle et participative.

Imprimer E-mail