valeur vie religieuse

 

Quelles valeurs ont du prix pour la vie religieuse ?

Je risque quelques réflexions partielles fondées davantage sur ma propre expérience et sur celle de mes Frères et Sœurs qui ont choisi cette voie.

 D'emblée, je ne pense pas qu'en prenant ce chemin nous ayons choisi des valeurs, même si tel ou tel aspect entrevu ait pu nous attirer : vie communautaire, prière, silence, réponse à des besoins perçus...

Valeur suprême : une relation à Quelqu'un
En profondeur, c'est l'appel intérieur et mystérieux du Seigneur, de la personne de Jésus. Appel discret, précoce ou tardif, progressif ou impérieux : Suis-moi ! Tu as du prix à mes yeux. Va dire à mes frères...Quand on a rencontré ce regard d'amour, impossible de résister. C'est cet amour qui devient la valeur sans prix à laquelle tout se mesure : Ton amour a plus de valeur que la vie Ps 62.

Les valeurs de Jésus, Fils et Frère
Ce Jésus, que propose-t-il comme valeurs ? Il propose son propre chemin de Fils du Père et de frère de tous. Ses premières paroles sont une proposition de bonheur : Les Béatitudes. Celles-ci pointent des valeurs qui ne sont pas toujours celles du monde : esprit de pauvreté, douceur, humilité, compassion, miséricorde, non-violence, soif de justice... En tant que religieux, nous sommes appelés à prendre au sérieux ce chemin, à faire profession d'y être fidèle pour toujours. La vie religieuse voudrait nous donner des conditions pour en vivre.

La vie communautaire : une valeur ?
L'homme est un être social créé pour la relation. Jésus a de suite proposé à ses disciples une forme de vie communautaire partageant les biens, les repas, sa prière, sa mission. Les premières communautés chrétiennes en ont fait leur idéal Ac. 2, 42-47. Ce n'est pourtant pas la vie communautaire en elle-même qui a de la valeur mais bien l'amour fraternel qui doit l'animer. C'est mon frère, ma sœur qui ont une valeur infinie et toute personne, surtout les plus souffrantes ou sans espérance. Cet amour fraternel, Jésus l'a vécu jusqu'à l'extrême : Le lavement des pieds, la Croix... Ce doit être la dimension fondamentale de notre vie inséparable de l'Amour de Dieu.
Jésus, viens aimer en moi disait Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, sentant son impuissance et son imperfection. Don à mendier, mais aussi combat de chaque jour.

Les vœux religieux : des valeurs ?
Nous nous engageons à suivre Jésus pauvre, chaste, obéissant. Mais tout homme, tout baptisé, n'est-il pas appelé, sous une forme ou une autre, à vivre quelque chose de cela ? Les vœux prononcés publiquement mettent en relief un choix libre : livrer ses forces d'amour, le besoin de posséder, la liberté de conduire sa vie. Les défis que traverse la société tout entière, nous poussent à donner à ces vœux de nouveaux accents. Par exemple :
◆Trouver la bonne distance à l'autre, sans séduction ni possession ; vivre sa sexualité d'une manière positive : c'est un défi pour le célibat consacré.
◆Gérer les biens ensemble pour le service de tous, en esprit de partage avec les plus pauvres, et de respect de l'environnement : Interpellation pour le vœu de pauvreté.
◆Faire sans cesse l'apprentissage de l'écoute, du dialogue, de la concertation, du juste lien à l'autorité : vœu d'obéissance.

Mais les chemins à la suite de Jésus emmènent toujours plus loin. Sa puissance agit dans des êtres faibles et imparfaits. Nous n'avons pas le monopole des valeurs vécues, mais nous sommes souvent entraînés par d'autres.

Une présence qui fait signe
Finalement, la valeur de la vie religieuse n'est-elle pas de poser question ? C'est une petite lampe pour éclairer la route, une école d'Evangile où l'on est constamment élève. C'est aussi je crois un oasis où des personnes aiment venir chercher des valeurs qui les fassent vivre, reprendre espérance. Aujourd'hui, on ne sait pas toujours ni pourquoi, ni pour qui vivre, souffrir et mourir. C'est peut-être un signe vivant qui peut attirer, rendre visible une présence, la Présence.

Nous entendons parfois, au départ d'une communauté Vous nous manquez ! Dans un village, un quartier, l'existence d'une communauté religieuse, quelle qu'en soit la forme, ne dit-elle pas à sa manière que Dieu existe et qu'Il nous aime ?

Soeur Marie-Jeanne BARLATIER
Prieuré de Cléon d’Andran (Drôme)
Chronique de juin 2019