Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


Yonne démarrage

Le démarrage

Le groupe a démarré en décembre 1988, quelques mois après une rencontre nationale avec des frères, sœurs, laïcs souhaitant créer des liens plus étroits entre les trois groupes.
Dans l'Yonne, les frères et sœurs des campagnes étaient connus, au niveau de la paroisse de Charny mais aussi comme accompagnateurs de mouvements : ACE, MRJC, CMR.


Les objectifs
Nous souhaitions rejoindre davantage leur spiritualité, leur manière d'être, leur vie simple, leur choix dans la mission. Membres de mouvements d'A.C., nous nous retrouvions à l'aise dans leur orientation et leur démarche, nous voulions approfondir et partager ce qui fondait nos vies.
En particulier :
- Le lien entre vie et foi.
- La place de la parole de Dieu, de la prière dans nos vies
- Le partage de notre conception de la mission en monde rural.
- Une réflexion sur nos engagements en Eglise et en monde rural
- Plusieurs sujets, rejoignant la vie des frères et des sœurs, ont été réfléchis :
      o  faire corps avec les ruraux, le vivre avec
      o la fraternité la prière
      o le partage des orientations des frères et des sœurs, de celles des laïcs..
     o le choix dans nos engagements
     o la pauvreté
     o la proximité avec les plus éloignés de la foi
     o la préparation des chapitres généraux.. etc

Notre fonctionnement
        - Le partage de la vie et des événements vécus par chacun tient sa place de façon régulière ainsi que                 le  partage d'évangile et la prière...
       - Les réunions, toujours préparées et animées par 1 Sœur, un Frère et 1 ou 2 laïcs avaient lieu dans les              prieurés ou dans l'une ou l'autre famille. Actuellement, elles ont lieu au Puits d'hiver à Chichery (lieu              d'Eglise), car avec la nouvelle présence de communautés aînées de frères et de sœurs dans le                          département, il fallait une grande salle pour nous accueillir tous !
       - Jusqu'en 2002, ces rencontres qui avaient lieu environ 3 fois par an s'enrichissaient d'un week-end                   interdépartemental annuel ou d'une halte spirituelle avec les 2 départements voisins : le Loiret et la               Seine et Marne. Nous le préparions à tour de rôle...
      - Si au début, les membres laïcs venaient à ces rencontres plus pour se ressourcer, chercher un soutien             auprès des frères et des sœurs, actuellement la réciprocité existe. Tous sont à l'aise pour s'exprimer            dans la simplicité, l'amitié et la fraternité et réfléchir ensemble d'égal à égal, selon l'état de vie et la                vocation propre de chacun.
    - Tout au cours de ces années, se sont précisés le but, le fonctionnement et l'originalité du groupe, en                  particulier par rapport au lieu d'Eglise : « le Puits d'hiver » dont nous sommes partie prenante et par              rapport aux mouvements d'Action Catholique.
     - Le bulletin national est aussi un bon lien entre les groupes de France pour garder l'Esprit et l'intuition             de nos fondateurs ; nous y faisons référence dans certaines de nos réunions.
    - Se faire connaître, donner à d'autre l'envie de se joindre à ces différents partages, c'est une                               préoccupation de "la communion".
                                                                                                   Geneviève RICHARD.

Imprimer E-mail

OISE 2017 10 22 Là où nous sommes qu'est-ce qui fait lien?

Dimanche 22 octobre 2017 à Formerie

Oise 2017 10 22 Formerie a

Ce qui existe et que nous trouvons profitable :
Avec une vitalité très variable il existe différents lieux, différentes occasions  qui permettent d’entretenir et de créer des liens:
- Fête communale, fête des voisins, comité des fêtes,
- Conseil municipal,
- Enterrements, sortie des messes,
- Ciné rural, journée du patrimoine, sorties culturelles de la commune,
- Clubs sportifs, club de marche…
- L’école, les activités, les transports….
sont des moments ou des lieux privilégiés pour créer du lien social.

Oise 2017 10 22 Formerie b     La notion de village évolue et s’élargit.
      - Chacun prend sa voiture pour aller faire ses courses, au spectacle, au ciné
        rural, à la musique, à la messe …c’est habituel.
     - Le cercle de relations a changé. Désormais la vie relationnelle s’organise
        autour de la famille, du travail, de quelques amis proches bien avant le
         voisinage de proximité.

Ce qui pose problème pour créer du lien :
- les portails automatiques, les gens rentrent et sortent sans une seconde de pose.
- le turn-over des habitants dans les villages proches des grandes villes..
- Le manque de réponse aux différentes propositions d’animation, parfois
l’épuisement arrive.
- La disparition des commerces ne permet plus la rencontre des habitants et la diffusion d’informations (ex : avis de décès). Quand ils n’existent plus , il faut alors réinventer des lieux de convivialité.Oise 2017 10 22 Formerie c

- Les regroupement d’école ne favorisent pas toujours les liens. « Concentrer c’est créer du vide ».
La nécessité d’inventer des lieux de vie et de maintenir des réseaux pour que chacun trouve sa place. (échange de services, de savoir… ) Faire du lien c’est se sentir accueilli.

Soigner l’arthrose du « Je-Nous » Jean Marie Onfray 
- « une somme de « je » ne fait pas un « nous » selon l’expression de Jean Marie Onfray.
- Nécessité de retrouver le sens du collectif, avoir confiance les uns dans les autres, retrouver le sentiment d’appartenance tout en combattant  «  l’esprit de clocher ».
- Aller à la rencontre de l’autre c’est prendre un risque ! Risque d’être accueilli, risque d’être ignoré !
- On ne fait pas vivre ensemble avec uniquement des discours gestionnaires.
- Le « je » a pris plus de place que le « nous ». Les projets collectifs sont difficiles à initier.
- La concentration des paroisses semble donner l’idée d’une Eglise centrée uniquement sur la messe. Jésus était toujours sur les routes. Comment rejoindre les gens de la périphérie ?
- Nous vivons une révolution culturelle : sans points de repère religieux, de base. Dans ce contexte le langage de la Bible, de l’Eglise est incompréhensible pour de nombreuses personnes.

Oise 2017 10 22 Formerie c

Imprimer E-mail

Haute Normandie:2018 18-19 Nov. Relecture du rassemblement de Tours. Engagement de Françoise Lamblin.

18 et 19 Novembre à Canappeville 

Haute Normandie Engagement F Lamblin

Le thème : Réflexion à partir de l’intervention du Père J-M Onfray au Rassemblement de Tours .

Quelques expressions .
- Le rural, ce n’est pas si défaitiste que cela, il y a des choses possibles. Témoigner, ce n’est pas chercher à convaincre.
- Quand un éleveur conventionnel passe en bio, il faut du temps.
- Quel sens pour la vie quand on vit grâce aux primes ?
- Ne pas être autruicide, c'est-à-dire penser à la place de l’autre.
- Dans toute vie humaine, il y a de quoi glaner. Accueillir l’autre dans sa différence.
- Réinventer la présence de l’Eglise en rural Se laisser toucher. Le rural, espace de paix et d’enracinement.
- Il est difficile de vivre en frères au niveau de la paroisse. Le diocèse insiste sur les visitations : aller rencontrer son voisin, s’intéresser à l’autre.

La charte des Amis Missionnaires des Campagnes
    Le lendemain, nous avons lu la charte des Amis Missionnaires des Campagnes, en petits groupes en cherchant comment nous       nous l’approprions.

Engagement de Françoise Lamblin
Au cours de la Célébration Eucharistique, Françoise Lamblin a fait son engagement.
Pour cette occasion, les Amis, engagés à Tours s’étaient déplacés, ainsi que les Sœurs de différents prieurés. Ce fut une grande joie pour Françoise et nous tous. L’occasion pour certains de se poser aussi la question de l’engagement
Voici l’expression personnelle de Françoise :
Le long compagnonnage avec les Sœurs et Frères Missionnaires des Campagnes m’a fait découvrir leur charisme vécu en actes ainsi que notre responsabilité de baptisé. J’ai été séduite. C’est pourquoi, j’ai vite adhéré à leur Famille que l’on appelait les Amis en Communion ; c’était ma colonne vertébrale dans mes différents engagements que je n’aurais pu assumer sans cette Famille. Si je désire aujourd’hui prononcer mon engagement, c’est pour vivre davantage ma Foi au Christ selon cette figure évangélique, pour développer ma vie de prière, mais aussi m’engager au quotidien dans ma mission de baptisé.
Comme le disait Frère Jacques : L’Esprit-Saint ne cesse d’être à l’œuvre et j’en rends grâce de tout cœur au Seigneur.
Nous aussi, nous en rendons grâce au Seigneur pour tous ces pas franchis.

Imprimer E-mail

5 octobre 2017 Apôtre,va vers tes frères!

Rencontre du 05/10/2017
Nous nous sommes retrouvés chez Anne Marie et Jean à Maubert Fontaine (08260) avec frère Michel Benoit. Régis le cousin d’Anne-Marie nous attendait..
Le thème du jour : Apôtre, va vers tes frères. Nous avons échangé sur ce thème en évoquant les souvenirs du temps fort à Tours fin Aout. Nous avons rappelé les phrases de Sœur Ghislaine, du Père Epagneul  et de Jean Marie Onfray à Tours:
« Découvrir la richesse inouïe de notre baptême » 
« vous êtes l’outil du Christ, prolongez-le ».
« Témoigner, ce n'est pas chercher à convaincre, c'est vivre comme des convaincus… »

Nous sommes des moissonneurs car en tout homme il y a quelque chose à glaner, et nous pouvons être signe de Paix là où nous passons. Ecouter, regarder comme Jésus l’a fait. Dieu attend de nous que nous soyons entièrement humains. Ainsi c’est Nicole qui reconnait le bien que lui fait la personne qui la visite et qui à son tour cherche à faire plaisir…
Prochaine rencontre le 14 mars 2018 à Jolimetz.
A tous Joyeux Noël et recevez nos meilleurs vœux de Paix.

Imprimer E-mail

Engagements des premiers amis

2017 Tours engagementsLe samedi 26 Août 2017, dans la crypte de la basilique de Tours, là où les premiers Frères Missionnaires des Campagnes ont pris l'habit, Annie, Agnès Samson , Agnès Gosselin, Philippe, Bernadette, Sofia, Claire et Danièle se sont engagés à la suite de Jésus dans l’esprit des fondateurs :

"En réponse à l’appel de l’Esprit et pour vivre davantage la grâce de mon baptême, moi…. Je m’engage à vivre ma vie chrétienne selon la spiritualité et le charisme des Frères Missionnaires des Campagnes et des Sœurs des Campagnes, à la manière des fondateurs, P. Michel-Dominique Epagneul et Sœur Ghislaine Aubé.
Je veux vivre un «être avec» le Christ, les ruraux, au sein de la Fraternité missionnaire en rural, selon la charte des Amis Missionnaires des Campagnes, sous la protection de Notre Dame de L’Annonciation, de St Paul et de St Martin.
J’émets cet engagement pour un an. Pour y être fidèle, je compte sur votre prière".

Imprimer E-mail

Plus d'articles...