Bénin, Burkina Faso, Togo
Portugal


Loiret 1990 05 08 Historique

Historique

Dans le Loiret, nous avons, Lombreuil, la maison de famille des sœurs, Vimory pour les frères, avant de déménager à Lorris, où aujourd’hui les frères aînés continuent une vie religieuse, puis Ladon qui a été le noviciat des soeurs.
La proximité des prieurés, a allumé le désir des hommes et des femmes du rural de vivre une dimension fraternelle avec les sœurs et les frères. C’est dans une recherche de communion qui se veut ne pas être une surcharge dans les engagements de chacun, que la première rencontre, le 8 mai 1990 vit le jour.
Le groupe compte aujourd’hui 15 laïcs, 5 frères et environs 12 sœurs. Cette communauté prend le nom de « La Communion » Laïcs, Frères Sœurs des Campagnes.

Une Orientation de vie
Une vraie famille par notre baptême,
Des relations fraternelles, manière de parler avec confiance
Vie simple, attention au quotidien,
Proximité, tisser des liens, attention aux pauvres, aux plus petits ;
C’est une manière de vivre sa foi sa responsabilité de chrétien ;
Attachement au monde rural,
Vivre l’Evangile selon l’intuition spirituelle des fondateurs,
Place de la prière personnelle et communautaire.

Comment vivons-nous les temps de partage ?
Un dimanche après midi, deux fois par an nous nous retrouvons au prieuré de Lombreuil pour :
Un repas tiré du sac : moment privilégié pour installer la convivialité, avec dégustation de différentes spécialités ;
Partage de nouvelles et de ce que nous vivons dans notre quotidien : sur des sujets importants, graves, concernant les laïcs et aussi les frères et les sœurs, joies et soucis des uns portés par le groupe ;
S’il y a des absents nous apportons toujours de leurs nouvelles ;
Nous partageons en petites équipe pour réfléchir autour d’un thème, parler d’un fait d’actualité à la lumière de l’Evangile ; ou échanger tout simplement et approfondir la Parole de Dieu ;
Une mise en commun : nos vies, nos réflexions, nos partages, nous construisent, sœurs, frères, laïcs en nous tirant en avant et en nous ouvrant à l’Esprit ;
Un temps de prière et d’envoi.

Regain de dynamisme et bouffée d’espérance
Prendre part à l’organisation et à l’animation de la fête des 60 ans de la congrégation des sœurs.
Le rassemblement des « familles spirituelles » à Lourdes a renouvelé la capacité de la communauté à rebondir : « Vous serez mes témoins » : il faut beaucoup d’humilité pour accepter ainsi de se recevoir des autres et beaucoup de force pour résister à la tentation de ne pas instrumentaliser l’autre.
La fin du chapitre général avec les Sœurs africaines a été l’occasion de partager leur joie avec la communauté chrétienne et de vivre une dimension d’Église plus large que l’église locale.
Une halte spirituelle avec le témoignage émouvant de Sr Ghislaine Aubé fondatrice. Puis la découverte du texte fondateur « Tout récapituler dans le Christ » avec Fr Hubert Louis.
Les haltes spirituelles sont des moments privilégiés de ressourcement de 1 ou 2 jours à la mesure de chacun ;
Visite de la Marpa, lieu de travail de l’un de nous, avec le pique-nique de Pentecôte ;
Partage d’émotion, après le pèlerinage d’une sœur en Terre Sainte.

Rassemblements nationaux et internationaux, courant d’amitié profonde
Après une réflexion menée dans les groupes pendant une année, session à Marly : « la violence apprivoisée », a permis de mesurer la dimension nationale et internationale de La Communion ;
St- Martin à Tours : démarche de pèlerinage au tombeau de St Martin. Retrouvailles, convivialité, historique ; jalonné d’anecdotes puis recueillement avec beaucoup d’émotion ;
Les vacances partage permettent de vivre l’intergénération ;

Le lien avec les groupes des autres régions ?
La prière du lundi avec la bougie allumée, c’est important, ça rappelle que d’autres prient.
L’avenir, un chemin à construire
On constate une évolution du rural, et de l’Eglise, nous qui avons reçu un même appel. Comment le charisme peut-il se déployer et inventer des réponses nouvelles aux défis du monde rural en pleine mutation ?
Redécouvrir le charisme des fondateurs, oser l’audace de la nouveauté de l’aujourd’hui. Entrer dans un chemin d’accueil de la filialité dans l’Esprit.
Les fondateurs sont nos lumières dont nous suivons la tâche, la communauté est son terreau d’enracinement dans une démarche spirituelle. Comment enrichir ce charisme ?
Proposer des sentiers pour se faire connaître. La communication est à travailler.
Quelle résonnance pour notre appellation : « La Communion » ?

Les chantiers :
L’appartenance, un signe, une reconnaissance ? A redéfinir. L’évolution de La Communion dans sa diversité, sujet de réflexion ; Projet E.V.A. (Ensemble Vieillir Autrement) fait son chemin.

Marlène et Gérard DANGREVILLE

Imprimer E-mail