Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


Martin, toi qui...

Martin candesMartin, toi qui, tout jeune, as été soldat parce que fils d'officier;Toi qui, avant l'heure, as mené une vie de citoyen européen : venu de Hongrie, tu es passé par l'Italie puis installé en France;
Toi qui, par le témoignage de chrétiens, as découvert l'existence du Sauveur Jésus, tout autre que l'Empereur ou que Mars, le dieu de la guerre duquel tu tiens ton nom;
Toi qui as commencé à être instruit dans la foi chrétienne grâce à la complicité de ta mère, vu l'opposition de ton père;
Toi qui as refusé la paye offerte aux volontaires pour faire barrage à l'invasion des Francs; objecteur de conscience dénoncé comme traître, tu t'es avancé sans armes devant les autres, ne comptant que sur le Christ pour dissuader l'ennemi;
Toi qui as partagé ton manteau avec un pauvre et qui, par ce geste, as fait la découverte de la présence du Christ dans tout pauvre;
Toi qui t 'es retiré dans la solitude et la nature pour vivre pauvrement et dans la prière;
Toi que les Tourangeaux sont allés chercher pour être leur pasteur et qui es devenu évangélisateur des campagnes;
Toi qui as voulu vivre non dans un palais épiscopal mais au sein d'une communauté de frères religieux dans un lieu retiré en bordure de ville;
Toi qui as su bien vieillir,  ne refusant pas d'être en service jusqu'au dernier jour...
Nous te prions pour les Congrégations des Frères Missionnaires et des Soeurs des Campagnes : pour chacun, chacune de nous et pour tous les ruraux auprès desquels nous sommes envoyés en France et hors France.
Béni soit Dieu pour les siècles des siècles!  Amen!
 
Fr Gilles Becquet (Frère Missionnaire des Campagnes)

ImprimerE-mail

Saint Martin,

Martin, à peine sorti de l’enfance et loin encore d’être baptisé, tu es déjà fasciné par le Christ.
Martin, contraint de servir dans l’armée impériale et devenu officier.Malgré ta répugnance, tu exerces le métier des armes, tâchant de respecter le droit et de protéger le faible sans défense.
Martin, au plus creux du noir hiver d’Amiens, tu partages ton manteau pour un peu de chaleur au mendiant, et voilà que, sous les oripeaux du pauvre, c’est le Christ qui avait froid.
Martin, ami de St Hilaire, le champion de la foi chrétienne et l’apôtre de l’Occident, tu te formes et tu pries pour être mieux à même d’annoncer le Christ et de défendre son Église.

Lire la suite

ImprimerE-mail