Bénin, Burkina Faso, Togo
Portugal


Fr Bernard-Georges BOIS

 né le 10 août 1926

 baptisé le 26 août 1926 à Tuléar (Madagascar)

 26 octobre 1944 : entrée au Grand Séminaire de Francheville (Rhône)

 1947 : Service militaire à Philippeville (Skikda aujourd'hui) (Algérie)

 entré au Noviciat des FMC à La Houssaye-en-Brie le 2 septembre 1949

 première profession religieuse le 2 avril 1951

 1953 : nommé au Prieuré de St Martin-sur-Ouanne (Yonne)

 décédé le 30 août 1958 à Saint-Laurent-de-Chamousset (Rhône)

 inhumé au cimetière de La Houssaye-en-Brie

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Le sentier d'une vocation

1926-1958 Bernard-Georges BOIS"Essai d'histoire d'une âme..."

Par son  père

  Cette histoire est celle de l'âme de mon fils, mort religieux, Frère Missionnaire des Campagnes...

… des éléments qui ont pu contribuer à sa formation, à son développement, influer sur la recherche de son orientation définitive

… et son évolution même au sein d'une communauté qui lui donna tout le nécessaire à une décision libre et motivée, dans l'unique recherche de servir Dieu de son mieux.

On comprendra que je passe très rapidement sur l'influence que put exercer sa famille, moralement et pratiquement très attachée à toutes les prescriptions de l'Église catholique.

 

Sa santé, dans les premières années de sa vie, et plus tard, pendant son service militaire, soumise aux incertitudes des climats tropicaux, dut agir aussi sur son état d'âme, en ne lui permettant pas de réaliser l'idéal qu'il avait envisagé.

Aussi est-ce uniquement au point de vue intellectuel que je me propose de trouver l'expression de sa pensée dans les différentes circonstances de sa vie.

 

Les fréquents changements de résidence, nécessités par les obligations de la vie coloniale, l'amèneront jusqu'en rhétorique soit à Dakar, à Courbevoie, à Dalat, à Vinh, à Aix-en-Provence, ses études dans des lycées ou des cours libres, professés en dehors de tout caractère religieux.

Cette période fut marquée pour lui par l'influence du Scoutisme, formation pour laquelle il témoigne le plus vif intérêt, en Indochine d'abord, où pour la première fois, il prit contact avec ce mouvement, puis surtout à Aix-en-Provence, ce qui l'imprégna d'un profond sentiment religieux, ainsi qu'en témoignent les extraits tirés de son Carnet de Route. Il y fut même Chef de Patrouille.

En 1943 la guerre le ramène dans la région lyonnaise, où il termine ses études dans un cours que dirigent les Frères des Écoles Chrétiennes. Et là, à l'influence prépondérante du scoutisme se substitue, au point de vue religieux, celle de l'un de ses maîtres. A noter comme exceptionnelle l'entrée dans les Ordres d'un jeune homme sortant de ce cours.

Dès sa sortie, il sollicite son entrée au Séminaire de Philosophie de Lyon.

C'est au cours de son service militaire en Afrique du Nord qu'un Père Dominicain lui parla des Frères Missionnaires des Campagnes et lui donna le désir de les connaître.

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Notre premier deuil

Par le Père Epagneul
(CHRONIQUE des FMC et SC – N° 43 – Septembre 1958)

 


Depuis notre fondation, Dieu n'avait rappelé à lui aucun Frère. Le 30 août 1958, le Frère Bernard-Georges Bois devait être le premier d'entre nous à paraître devant Dieu. Le départ est-donné... La portion de la famille F.M.C. d'au-delà de cette terre commence à se former.

 

Dans notre grande peine, nous comptons sur les prières de nos parents et de nos amis. Elles seront un secours pour l'âme de notre Frère ; elles seront aussi un secours pour ses parents qui souffrent tant, mais avec foi, et pour sa famille religieuse.

 

Le Frère Bernard-Georges était né à Madagascar en 1926, son père étant médecin colonial. Après des études secondaires à Aix-en-provence et à Lyon, et après plusieurs années de Grand Séminaire à Lyon, il prenait l'habit des F.M.C. le jour de notre érection canonique, le 2 octobre 1949, à la cathédrale de Meaux.
Après l'achèvement de ses études préparatoires au sacerdoce, le Frère choisit de servir les ruraux de France comme Frère Auxiliaire. Il le faisait, avec un dévouement constant, discret et profondément surnaturel, au Prieuré de Saint-Martin-sur-Ouanne (Yonne) depuis ses débuts en 1953.

 

Sa santé donnait des inquiétudes depuis longtemps. Il y a environ trois mois, une hémorragie avait entraîné une hospitalisation de trois semaines à Montargis. Ensuite, il fallut recourir à un grand chirurgien de Lyon en vue d'une opération délicate à la rate. Notre Frère subit une seconde opération. Puis, ses forces déclinèrent peu à peu jusqu'au 30 août. Transporté de l'hôpital de Lyon à Saint-Laurent-de-Chamousset (Rhône), où habitent ses parents, c'est là qu'il mourait quelques instants après son arrivée.
Depuis le 1er septembre 1958, le corps du Frère Bernard-Georges repose dans le cimetière de Saint-Laurent. Nous formons le projet de le ramener au petit cimetière que nous souhaiterions avoir au Prieuré Saint-Martin.
Ne serait-il pas bien qu'en attendant la bienheureuse résurrection, les corps des Frères reposent au berceau même de notre famille religieuse ?

 

Nombreux furent ceux qui, à St-Laurent-de-Chamousset le jour de l'enterrement, et à Saint-Martin-sur-Ouanne quelques jours plus tard, ont prié avec nous, pour notre Frère, non pas perdu, mais envoyé devant, et que nous espérons rejoindre «dans la joie du Maître».

 


 

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Eloge funèbre prononcé le 3 septembre 1958
à St Martin sur Ouanne

 

Merci d'être là avec nous, en ce jour de prière pour notre Frère.
Si vous êtes là, c'est que le Fr. Bernard n'était pas seulement notre Frère à nous, mais notre Frère à tous.
« Notre Frère à tous » : c’était le programme de sa vie.
Je ne me souviens pas qu’il ait refusé un service, fut-il fatigué, las; il n'en parlait jamais; il était toujours prêt.  Il suffisait qu'on lui demande quelque chose pour qu’il retrouve son sourire et son énergie

 

Non seulement le Fr.Bernard rendait service, mais en tout travail, il voyait d'abord le service à rendre.  Service de remplacement d'un facteur : nombreux services rendus en portant le courrier.
En toutes choses, il mettait sa gentillesse, sa délicatesse. Il cherchait à deviner ce qui faisait plaisir. Jamais il n'a fait souffrir un amour-propre en offrant son aide.
Vraiment, le Fr.Bernard était notre frère à tous, et par son amitié, il était un lien entre tous.

Mes Frères, je voudrais que vous compreniez aussi ceci. Pour que notre Frère se dépense sans compter, pour qu'il se consacre au service des autres, c'est qu'au cours de sa vie, il y avait le Christ.

 

Tous, vous avez été frappés du respect qu' il avait de la maison de Dieu, de son amour de le  parole de Dieu, de son désir de vivre de la vie du Christ ; vivre l'humilité du Christ qui, le Jeudi-Saint lavait les pieds de ses disciples; vivre la délicatesse du Christ qui préparait un repas à ses apôtres, après la pêche.

 

Si l'exemple de ses parents l'a aidé à réaliser cet idéal, sa vie a été celle que nous connaissons, parce qu'elle était remplie de l'amour de Dieu. Sa vie n'a pas été vide parce qu'elle était remplie de la présence de Dieu. Et son grand désir, sa grande souffrance fut de voir certains qui l'entouraient ne pas partager la même foi, la même charité, de voir cette amitié réciproque en rester à l'amitié, et ne pas déboucher sur l'amitié divine.

 

Il est notre frère parce qu'il rendait service ; il est surtout notre frère parce qu'il nous a fait mieux connaître l'Évangile. Remercions Dieu de nous avoir donné un tel Frère, tout en étant dans la peine de le voir partir si vite !

 

 

 

 

 

Imprimer E-mail