Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


Travailllé à J.A.D.OR.

Ligueil 2005.2Sr Marie-Christine travaille à J.A.D.O.R. (Jeunes, Adultes, Découverte, Oxygène, Rencontre)  Elle nous parle de son travail salarié.

 Je vis en Touraine du Sud, et fais partie du prieuré de Ligueil avec quatre autres Sœurs. Depuis un peu plus de deux ans je travaille à « JADOR ». 

 

 

JADOR est une association située à Reignac, à 25 kms de Ligueil. Affiliée à la fédération des aînés ruraux, elle organise des séjours de vacances adaptées pour des adultes handicapés mentaux. Nous sommes trois permanents à y travailler, un couple et moi-même.

Je travaille 21 h 30 par semaine avec un CDI. Je venais de connaître un temps de chômage et de faire une formation qualifiante. Par ailleurs je suis Économe générale de la congrégation

Notre projet :

Nous organisons un mois de séjours pour environ quatre cents personnes : trois semaines en été, une semaine en hiver, soit à la mer, soit à la montagne ou en région. Et soixante dix animateurs, des étudiants, sont employés pour ces séjours.

Mon travail :

Je suis embauchée comme secrétaire-comptable. Mon travail consiste à l’élaboration et au suivi de l’ensemble des documents pour la mise en œuvre des séjours. Il y a aussi le contact avec les foyers d’hébergement, les familles, les organismes de tutelle des futurs vacanciers.

Je participe à l’accueil des vacanciers et animateurs les jours de départ et de retour des vacances ; cela me donne l’occasion de mieux découvrir les soucis et les joies de ces personnes, mais aussi le suivi et les précautions à prendre dans ces situations de handicap.

 

Ce que j’aime :

J’apprécie l’objectif social et humanitaire de JADOR : que des personnes vivant des situations d'handicap puissent bénéficier de vacances avec des activités de découvertes touristiques, de détente, de sensibilisation au patrimoine régional. Celles-ci sont organisées dans un gîte, par petits groupes d’une dizaine de personnes - comme dans une famille - avec deux ou trois animateurs.

A l’embauche de ces animateurs, nous sommes très attentifs à discerner si le profil correspond bien à l’objectif, et une formation de deux jours est proposée (administration, pédagogie, santé).

Je rends grâce d’avoir trouvé ce travail, c’est un lieu où grandit mon espérance, car je vois là une culture de vie dans ce qui pourrait n’être qu’une situation de mort. Alors, ma foi en l’homme soutient ma foi en Dieu qui en est la source.

 

Avec d’autres engagements :

Ce travail n’est pas sans lien avec mes autres engagements. Déjà la méthode de travail de l’équipe me renvoie à mon service de congrégation. Ensuite, il nourrit, pour sa part, le partage que je vis, dans une équipe de jeunes adultes et avec des catéchumènes en route vers le baptême.

Enfin je le porte et il nourrit ma prière et la communauté des Sœurs a été heureuse d’accueillir mes employeurs avec leur enfant un dimanche après-midi et de nouer ainsi une connaissance réciproque.

Sœur Marie-Christine Dufaÿ

Imprimer E-mail