Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


La prière de jésus

 

Pour connaître la prière de Jésus, il suffit de lire les quatre évangiles, de les prendre au sérieux, de s’en tenir à eux et d’en vivre. Vous me permettez d’ajouter quelques commentaires.

Où prie-t-il ?

Israel.Lac tibériade.Coucher soleil 1La montagne, la mer, le désert : trois lieux qu’il devait chérir à cause de leurs origines : la création ; à cause de leurs beautés et de la solitude qui lui permettait de rejoindre plus facilement le Créateur, son père. Ce sont des lieux où mes prières sont les plus ferventes. Pourquoi ? Ce sont des lieux où je dis : Seigneur, tous ces lieux qui m’entourent, obéissent à tes lois ; j’ai du mal à le faire, ils me donnent l’exemple. Je suis alors pris d’une douce présence qui m’appelle à être plus fidèle.

Si on voit Jésus à la synagogue, c’est principalement pour enseigner. Chaque année, il va au temple de Jérusalem pour la fête de la Pâque, d’abord avec ses parents, puis avec ses disciples. Je ne le vois pas participer aux sacrifices des animaux, vu sa colère contre les marchands de bétail. N’at- il pas prévu sa destruction prévoyant de construire un Temple vivant : le coeur de tous ceux qui croiraient et adoreraient le Père. Si j’admire les cathédrales, les basiliques et les belles églises, c’est parce que ce sont des lieux de rassemblements pour l’Eucharistie. Ce n’est pas là que je prie le mieux, mais quand je suis seul, dans le secret de ma chambre où rien ne me distrait.

Au dernier repas pascal Jésus prie avec ses apôtres et pour eux. Au jardinchypre.monastère.Kykoos 55 des Oliviers, c’est la seule prière où il demande à son Père d’écarter les souffrances atroces qu’il pressent. Nous pouvons le suivre dans cette voie quand nous souffrons trop : il nous donnera la force de les supporter et de les offrir comme Jésus.

Il prie enfin sur la croix : une belle prière, le pardon des péchés pour nous tous en cherchant des excuses pour chacun et un cri de désespoir poignant ; ce n’est donc pas défendu de s’en prendre à Dieu et de lui dire qu’il semble nous abandonner.

On ne le voit jamais prier après la Résurrection. La prière est-elle seulement de notre temps comme les sacrements ? Saint Paul dit tout de même que Jésus ressuscité intercède pour nous.

Quand prie-t-il ?

Avec ses parents, au temple de Jérusalem, plusieurs fois avec ses disciples, à son baptême, plusieurs fois au moment des repas, avant le choix des douze, en enseignant le Notre Père, à la Transfiguration, à Gethsémani où il a même demandé qu’on prie avec Lui. Sa grande prière fut celle de la dernière Cène. La plus inattendue Jésus l’a dite sur la croix avec le pardon pour ses bourreaux et le cri de désespoir vers son Père : Pourquoi m’as-tu abandonné ?

Pour qui ?

chypre.monastère.kykoos.lazarePour ses bourreaux, pour Pierre, pour ses disciples et ceux qui les suivront, pour la résurrection de Lazare et même pour luimême à Gethsémani. Toute prière est donc bonne : cri, demande, action de grâces, adoration du Père. Je note que Jésus n’a jamais demandé qu’on l’adore, mais qu’on l’aime et qu’on l’imite, c’est à dire qu’on le suive.

Pour quoi ?

Jésus prie surtout pour rendre gloire à son Père, mais aussi au désert pour choisir sa voie, au moment de choisir ses apôtres et pour que ses disciples n’entrent pas en tentation, enfin pour donner des signes qui rendent gloire à son Père : les guérisons, les réanimations… Toutes ces prières sont des témoignages.

Quelle prière? Une prière contemplative : La nature : le lys des champs, les oiseaux du ciel, le soleil couchant, la mer, le figuier, les brebis, les loups, le coq qui chante, le renard, la colombe, le serpent, la graine de moutarde… Toutes ces réalités que Jésus contemple et qui l’aident à traduire son message de salut : la Bonne Nouvelle de la proximité de son Royaume. L’action des hommes : la femme qui pétrit la pâte ou qui cherche une pièce de monnaie, le pêcheur qui jette le filet, l’officier qui commande à ses soldats, Zachée qui se convertit ou la Samaritaine qui dit la vérité ; tout cela pousse à l’action de grâce.

Le coeur des hommes et des femmes qu’il rencontre : Pierre à Césarée, la veuve qui donne tout son argent ; cela lui arrache des paroles d’admiration. Il prie donc avec du concret.

Il prie aussi avec les Psaumes que l’Esprit- Saint a inspirés à son Peuple (évitait-il les versets trop vengeurs ?). Par contre, il pleure sur Jérusalem et menace de détruire le temple. Cela aussi veut dire quelque chose que l’on a tendance à oublier : ce n’est pas parce que l’on a de belles cathédrales, de belles basiliques, de belles églises, des ciboires et des calices en or, des chasubles rutilantes, d’admirables statues, que l’on plaît à Dieu, mais c’est quand on a un coeur humble et généreux où son Esprit peut virevolter à l’aise.

Une prière silencieuse : Les Evangiles notent que Jésus se retire pourdésertIsraël prier, souvent la nuit. La prière de Jésus est révélatrice d’un Dieu Vivant. Ses paroles révéleront au cours de sa courte vie publique que ce Dieu vivant est avec Lui, Père et Esprit-Saint.

A la lumière de tout ce que vous venez de lire, vous comprendrez aisément que le lieu où je prie avec facilité est le secret de ma chambre, dans laquelle Jésus m’invite à la prière de jour et surtout de nuit.

Frère Guy OLLIVON

Manoir Saint Joseph Bernay (Eure)

Chronique n° 253, décembre 2010 (version pdf)

Imprimer E-mail