Bénin, Burkina Faso, Togo
Portugal


Le bonheur de l’appel

 20 eugèneAujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs (He 3, 7-8)

En février 2010, à 75 ans, je rejoignais le prieuré Helder Camara, prieuré de noviciat, à Palestina, dans l’Etat de Parà au Nord du Brésil. Je me suis alors rendu compte que ce changement m’a interrogé ; les migrants savent que repartir ailleurs n’est pas sans épreuve.

En vie religieuse apostolique, aller habiter ailleurs est normal. Cela ne m’a pas tellement coûté. L’orientation profonde de ma vie y est pour l’essentiel. Je résumerai mon itinéraire en quatre périodes à la lumiére d’un verset de l’Évangile : Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure ; si bien que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera (Jn 15,16).

 

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis. Un appel

Enfant et adolescent, à qui me demandait ce que je voulais être dans la
 vie, je répondais : agriculteur. Je ressentais un appel de Dieu à la vie missionnaire. A 19 ans, cet appel fût précis et me reste inoubliable ; j’en sortis heureux, mais habité, durant 6 ans, par un grand « comment cela se fera-t-il » ? A 25 ans, je m’en ouvris à un prêtre ; conforté, j’allais de l’avant. A qui tentait de me dissuader de partir, je répondais : « mon grand désir, c’est d’être heureux » ! Je quittai ma famille et mon travail d’aide familial.

…et institués. La confirmation de l’appel, le temps de la formation

Durant quatre ans, à l’École Apostolique de Saint Ilan (Côtes d’Armor) avec un objectif : je récupère des cours du secondaire. En réalité, ce fut bien davantage : la rencontre de religieux, les Pères du Saint Esprit et des compagnons appelés eux aussi par le Seigneur : un appui pour confirmer ma décision. J’avais 30 ans quand je me suis joint aux Frères Missionnaires des Campagnes. Durant l’année de Noviciat, je me sentais heureux, membre du peuple de Dieu dont je découvrais le projet dans la Bible. Puis suivirent les années de formation en communauté FMC. J’avançais dans la foi, non sans douter à certains moments. En 1971, après les vœux perpétuels, en la fête de l’Ascension, avec au cœur une joie de disciple, j’étais ordonné prêtre avec un grand désir : exercer ce ministère comme un service du peuple.

…pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure.

La mise en œuvre de l’appel, le temps de la mission. Après mon21 eugène Br ordination, Je fus d’abord envoyé au prieuré de Boulogne-sur-Gesse. Tout en assurant un service paroissial, je travaillais comme ouvrier agricole. Puis je fis un stage FPA en électricité de bâtiment. En 1975, je suis appelé à rejoindre un Frère commençant une communauté dans le Sud du Portugal ; un prieuré de Sœurs des Campagnes nous y précédait ; ce fût un privilège dans ma vie. Nous vivions dans un village, Lagameças, d’abord à deux, puis à trois et quatre Frères, en grande proximité avec la population. Après la révolution des œillets en 1974, les questions politiques et sociales étaient présentes chez tous les gens; à notre mesure nous les accompagnions. Chacun des Frères était inséré différemment ; pour ma part comme électricien en bâtiment et administrateur paroissial. Nous donnions priorité aux rencontres de groupes, surtout bibliques ; des adultes et des jeunes y préparaient leur baptême que nous célébrions la Nuit de Pâques : souvenirs inoubliables de la joie des nouveaux baptisés ! Certains de nos compagnons de route font aujourd’hui partie de la ‘Communion : Laïcs, Soeurs, Frères Missionnaires des Campagnes’. En 1994, je rejoignais Coquelândia, au NordEst du Brésil (État du Maranhão). Là, à partir d’une « option préférentielle pour les pauvres », choix de l’Église d’après Concile au Brésil, j’ai appris à aimer un peuple de culture différente et, spécialement, les petits de ce peuple, organisés en groupes de rues. J’y suis resté comme administrateur paroissial jusqu’à mes 75 ans, d’où je suis parti pour le prieuré de Palestina do Para.

…si bien que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera.

Arrivé au temps de la retraite, l’appel continue. Passé le temps des engagements prenants, je me vois maintenant en situation plus gratuite d’auxiliaire, avec seulement quelques responsabilités et services partiels dans la communauté des Frères et en pastorale ; les nombreux problèmes sociaux dans la région ne sont pas sans nous interpeller. Mon emploi du temps est plus libre : je me suis joint au Club des personnes âgées de la commune. Je demande à Dieu, dont la fidélité ne m’a pas trompé, la même grâce pour aujourd’hui et demain. Et, avec ceux et celles qui avancent en âge, je confie au Christ mes efforts voués à la conservation de la santé du corps et de l’esprit ; mais, qu’en tout, sa volonté soit faite ! Je compte sur les Frères de ma communauté, pour cette nouvelle étape, ce nouveau temps de grâce où l’essentiel est à poursuivre sous la mouvance de l’Esprit.

Frère Eugène LEGEMBLE

Prieuré Helder Camara Palestina do Para (Brésil)

Chronique de Juin 2011. Pour lire l'article en pdf : cliquer ici. 

Imprimer E-mail