Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


Vivre des passages...

Bernadette1De l'Eure vers le Loir-et-Cher, au bord de la Loire… 

Le temps nous entraîne, nous fait avancer, les années s’empilent. Combien d’années en Normandie ? Et voilà qu'on me demande de rejoindre une communauté près de Blois, à Contres.

Dans cette communauté deux Sœurs ont particulièrement besoin d’aide au niveau santé. Je quitte donc Quatremare (Eure) début janvier 2013.

Un coup d'oeil dans le rétroviseur :

Venant de Provence, je suis arrivée ici en 1982 (il y a donc 30 ans !).
Embauchée aussitôt à l’hôpital de Louviers, j’y reçois la formation d’aide soignante. Ensuite, 13 années de travail dans différents services. D’autre part sur le village des enfants se regroupent en équipe d’Action Catholique : nous nous réunissons le mercredi (jour de congé dans mon emploi du temps) ; pour les activités du Mouvement nous parcourons le village, rencontrons d’autres équipes du secteur pour des fêtes.

Le temps nous pousse, nous fait avancer, vient l’âge de la retraite.
Il m’est proposé par nos responsables de partir en Afrique. Sept années pour « apprendre à connaître » la culture au Burkina-Faso, au Togo. Là-bas mon temps est partagé à faire pousser des légumes dans le jardin, soigner les voisins ; et la communauté accueille des jeunes africaines pour la formation à la vie religieuse.


Retour en Normandie, à Quatremare, il y a 10 ans, où la Congrégation m’offre de revenir : il faut se réadapter : les anciens enfants de l’équipe Action Catholique sont devenus papas et mamans avec des enfants ! Quelques habitants nouveaux ; d’autres ont vieilli……

A nouveau un appel de l’hôpital, mais du bénévolat cette fois : je suis intégrée à l’équipe de l’aumônerie catholique : pendant mes années de travail, je déplorais de devoir faire très vite les soins ; aujourd’hui la présence en aumônerie c’est d’aller à la rencontre, s’arrêter, écouter, accueillir sans juger…
9 années dans cette équipe où l’on s’entraide pour apporter aux malades, aux personnes à la maison de retraite, un signe de le tendresse de Dieu.

Je fais mes valises, mais en mon cœur j’engrange l’amitié des personnes connues à l’hôpital, les relations dans la paroisse, le village, la proximité de la souffrance rencontrée chez des personnes hospitalisées, la complémentarité vécue dans l’aumônerie, avec les Frères de Canappeville.
Dans ma tête restent les images des belles plaines du plateau du Neubourg...  la forêt, la Côte normande et son histoire...

Sr Bernadette Roux

Imprimer E-mail