Bénin, Burkina Faso, Togo
Portugal


Professions et Jubilé en Afrique

2019 professions Afrique
En ce jour du 3 août 2019, notre Frère Armand KOUYAYA, après 5 ans de vie religieuse FMC, s’est engagé définitivement dans la famille des Frères Missionnaires des Campagnes

 La Fraternité Missionnaire en Rural de la Région Afrique a bien des fois eu à se réunir ces dernières années, mais hélas, pas toujours pour de bonnes causes. Oui, notre Région a été durement éprouvée. De la mort de nos Sœurs Pascaline et Sylvie et de notre Frère Bona, aux menaces djihadistes, en passant par la mort des parents des Frères Augustin, Nazaire et Pierre Rouamba, et plus récemment celle de Antoine BAKINDE, laïc, il y a eu bien de quoi perdre le sourire.

 Mais en ce jour du 3 août 2019, c’est pour une bonne cause que de partout nous nous sommes retrouvés dans la communauté Alfred Diban de Sakoula à Ouagadougou (Burkina Faso). Après cinq ans d’expérience de vie religieuse FMC, notre Frère Armand KOUYAYA s’est engagé définitivement dans la famille des Frères Missionnaires des Campagnes. Au même moment, les Frères novices Charles BAZEMO, de Kin (Burkina Faso), Roger BADJONA, de Massédéna (Togo), Gabriel WEDE, de Copargo (Bénin) et Michel PIYASSE, d’Atakpamé (Togo), après 17 mois de noviciat, ont fait leur premier engagement dans notre famille. Et comme pour atteindre le summum de la grâce, notre bien-aimé et Frère tonton Basile nous a invités à rendre grâce à Dieu, auteur de toute vocation, pour ses 25 ans de vie religieuse et ses 50 ans de vie au monde. Trois gros et bons événements groupés en un seul, fait rare ! Que le nom de Dieu soit béni !

Des Frères et des Sœurs sont arrivés de toutes nos communautés d’Afrique. Certains étaient là depuis trois jours avant le jour J. D’autres sont arrivés le lendemain. Les Frères novices, quant à eux, étaient là deux mois avant.
Les uns et les autres ont dû mouiller les maillots pour que la fête soit belle. Les Pères Blancs de Lavigerie, ainsi que la Sœur Julienne, laïque consacrée, nous ont cédé des chambres pour l’accueil des parents.

La présence de certaines personnalités a incontestablement rehaussé l’éclat de cet événement : Son Eminence Philippe cardinal Ouedraogo, archevêque du diocèse de Ouagadougou, le Frère Pierre Rouamba, Prieur Général des Frères Missionnaires des Campagnes et une partie de son conseil, ainsi que les parents des élus du jour venus du Burkina-Faso, du Togo, du Bénin et de la Côte d’Ivoire.

Le pic de cet événement a été, bien entendu, la Sainte Eucharistie présidée par Son Eminence. Les textes choisis étaient ceux de la 4ème semaine du temps de carême : première lecture : 1Jn 3,18-24, Ps 46 et l’Evangile : Jn 15,1-8. Dans son homélie, Son Eminence a d’abord fait l’éloge des Frères Missionnaires des Campagnes qu’il connaissait et qu’il a fait venir à Thiou à la frontière avec le Mali, dans le diocèse de Ouahigouya alors qu’il y était évêque. Son Eminence a démontré qu’il connaît notre charisme. Il l’a exposé en étroite adéquation avec l’Eglise voulue par le Saint Père François, une Eglise qui va aux périphéries. Cette mission d’Eglise assignée aux Frères Missionnaires des Campagnes n’est pas sans difficultés. Le cardinal nous a, de ce fait, invités à tenir bon et à rechercher par là-même à atteindre la sainteté. Tout missionnaire, a laissé entendre le cardinal en citant un texte conciliaire, n’est véritablement missionnaire que s’il s’engage sur le chemin de la sainteté.

Le cardinal a ensuite décrypté chacun des trois conseils évangéliques que les novices s’apprêtent à prononcer. Par le vœu de Pauvreté le consacré trouve en Dieu son trésor. Par celui de la chasteté, il renonce à fonder une famille. Pour y parvenir, il trouve appui et force dans la vie communautaire en communauté. Par le vœu de l’obéissance, les Frères renoncent à leurs volontés propres pour chercher, avec leurs responsables, la volonté de Dieu. Par ces trois vœux, le religieux, selon le Concile Vatican II, est propriété exclusive de Dieu. Enfin le cardinal a émis son vœu de voir les Frères se multiplier et avancer dans la mission combien noble confiée à eux par l’Eglise.

La chapelle était presque pleine de monde pour la Messe. A vrai dire, on ne s’y attendait pas forcement. D’abord parce que l’événement a lieu un samedi, jour très chargé dans l’Eglise famille de Ouagadougou ; de plus, au mois d’Août, mois où la plupart des religieux (ses) sont le moins disponibles, enfin vu qu’aucun des élus du jour n’était de la localité.

Après la Sainte Cène, des agapes fraternelles ont eu lieu : les paroissiens sont restés dans la cour de l’église, tandis que tous les autres invités se sont retrouvés chez les Frères à Sakoula. L’occasion fut aussi jugée bonne pour que le cardinal bénisse la grande salle des Frères nouvellement construite. Elle est mise en location pour des rencontres diverses (réceptions, ateliers ou sessions de formation…)

            La fête fut belle, et même très belle !!!

            Vive les nouveaux profès temporaires et perpétuel, vive le Frère jubilaire, et que Dieu bénisse notre famille !

                                                                       Frère Padokitom Charles TCHANGAÏ
prieuré Alfred Diban
Sakoula (Burkina-faso)

Légende de la photo : 

En regardant la photo, debout à droite de l’évêque : Armand. A sa droite, en aube, Basile
Debout à gauche de l’évêque : Gabriel et Michel
En position accroupie, devant l’évêque : Roger, et à sa gauche, Charles

Imprimer E-mail