Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


Fr Jean-Marie GOUTIERRE

2010 11_Goutierre_Jean-Marie_gros_plan1929 - 2010

 

Frère Jean-Marie Goutierre, né le 21 janvier 1929, est décédé le vendredi 19 novembre 2010 à l’hôpital d’Auxerre. Ses obsèques ont été célébrées le mercredi 24 novembre 2010 en l’église de La Houssaye-en-Brie (77). Agé de près de 82 ans, il était originaire du Nord, de la région de Fourmies.

 


"Pour moi, vivre c’est le Christ !"

 

Cette phrase de Saint Paul dans la lettre aux Philippiens, Fr. Jean-Marie l’avait mise au dos de son image de prise d’habit, le 11 novembre 1950.
Il avait désiré qu’elle soit reprise à l’homélie de la célébration de ses obsèques, en y ajoutant la suite : "et mourir m’est un gain".
Soixante ans après sa prise d’habit, Fr. Jean-Marie est décédé d’un cancer au foie, en moins d’un mois.
Il allait avoir 82 ans.
Bien conscient de son état, il avait recueilli des notes sur : ’la mort qui nous ouvre à la vie depuis que le Fils de Dieu l’a prise et piégée’ (St François d’Assise).
Il a vécu ses dernières semaines dans la paix, dans l’attente de la grande rencontre.

« Je n’ai jamais eu l’intime conviction que j’étais appelé à être prêtre, avait-il écrit. Je cherchais une vie missionnaire comme Frère hors sacerdoce. »
Divers ordres lui proposaient une vie de Frère convers. Finalement, guidé par le Père Meurice, des Fils de la Charité, il s’orienta vers les FMC, séduit par un même partage de responsabilités entre tous, Frères clercs et Frères laïcs.
Il commença son noviciat le 11 novembre 1950.

Après de longs temps de présence et de mission dans la Brie, les Hautes-Alpes, la Normandie et la Picardie, frère Jean-Marie vint en Bourgogne dans la communauté de Chichery.
Parmi ses activités pastorales, il se mit au service du monde carcéral, ainsi qu’il l’avait fait déjà dans l’Eure.
« Je correspondais avec des prisonniers, ce qui me valut de fréquenter huit prisons françaises. Dans l’Eure, le juge d’application des peines me confia ponctuellement, certains week-ends, des jeunes délinquants en attente de jugement. J’étais très motivé par ce service », disait-il.
En Bourgogne, Jean-Marie prend l’initiative de créer un service d’écoute téléphonique à l’usage des familles ayant un parent proche en prison, et il est chargé d’aménager dans la commune de Joux-la-Ville un appartement pour l’accueil des familles éloignées venant visiter un prisonnier ; accueil dans un ancien presbytère, voisin de la communauté des Sœurs de Nevers, elles-mêmes engagées auprès de la prison.
Dans l’Yonne encore, à la demande du Préfet, Jean-Marie a été membre de la commission de surveillance de la Maison d’Arrêt d’Auxerre et membre de la commission préfectorale des Droits de l’Homme, ce qui lui valut d’intervenir dans les lycées d’Etat de Joigny.
Toujours soucieux d’histoire locale, ancienne et contemporaine, et de connaissance des monuments d’art, il avait tenu à connaître au mieux sa Bourgogne d’affectation, et l’histoire de ses habitants.
Rappelé au Prieuré de La Houssaye (S-&-M) comme membre du Conseil Régional de la Congrégation en 1999, il était à nouveau en Bourgogne ces dernières années où il participa à la fondation de la communauté de Brienon.

Fr. Yves Tulasne



Témoignage d’Henri et Suzanne Laga, amis de Jean Marie. 

ImprimerE-mail