Bénin, Burkina Faso, Togo
Brasil
Portugal


Sr Marie-Françoise CLAVEL

1938 - 2010 

2010 09 Soeur Marie Francoise 300px 300x227 busteLe 24 Septembre 2010, en l’église de Lumigny (Seine et Marne), sa famille, quelques amis, des Soeurs et des Frères de divers prieurés ont célébré les obsèques de Soeur Marie-Françoise Clavel.
Sa soeur Thérèse évoqua des aspects de sa vie.
Née au Villaret en Lozère dans une famille rurale de sept enfants, Marie-Françoise, que l’on appelait Marinette, travailla à la ferme familiale et s’engagea à la JACF ; puis à 23 ans répondit à l’appel du Seigneur en entrant chez les Soeurs des campagnes. Thérèse exprima l’affection qui unissait Marie-Françoise à sa famille ; son frère Joseph, prêtre au Pérou, concélébrait.

Soeur Denise Bourgoin prit le relais de Thérèse pour évoquer les presque cinquante ans de sa vie religieuse.
« Nous rendons grâce à Dieu pour le don qu’il nous a fait de notre Soeur et pour la fécondité de sa vie apostolique.  Trois lieux ont partagé le temps de sa vie religieuse : la Brie, de 1964 à 1980, surtout ici à Lumigny ; puis le Berry, de 1981 à 1998, à St Saturnin et au Châtelet ; enfin la Touraine du sud, à Ligueil, de 1998 à 2008, où elle a participé, voici juste douze ans, à la fondation de ce prieuré. Mais depuis deux ans elle a dû rejoindre le Centre Desfontaines de Quincy-sous-Sénart (91), en raison de son état de santé et des séjours à l’hôpital ponctuaient régulièrement son emploi du temps.

Quelques aspects, parmi d’autres, apparaissent plus marquants dans sa vie religieuse-apostolique :

Son engagement près des jeunes, spécialement en difficulté, d’abord ici en Brie. L’un d’eux lui disait : « Plus j’avance dans le MRJC, plus j’essaie de faire le lien avec les paroles de Jésus dans l’Evangile pour les « actionner dans ma vie ». Elle continua l’accompagnement de jeunes de nombreuses années dans le Berry et a été heureuse de s’associer au projet du prieuré de Ligueil concernant l’accueil de jeunes à la communauté.

Son désir d’un vrai partage de vie avec la population d’un pays. Cela s’est traduit par le travail salarié d’aide à domicile à l’ADMR et par de nombreuses visites. Elle aimait participer aux manifestations de la vie locale et les rencontres de l’équipe CMR étaient pour elle un temps privilégié.

Enfin la dimension spirituelle qui animait sa vie.
Nous, ses Soeurs, étions témoins de sa recherche spirituelle, de son ardent désir de voir le visage de son Seigneur, elle nous l’a exprimé plus d’une fois. Dans une dernière lettre elle écrivait : “Je me lève tôt les jours de dyalise et, avant de partir, je vais prier à la chapelle. A cette heure tout est calme, je me tiens devant le tabernacle, la petite veilleuse, les beaux vitraux. Et tu connais ma prière :’Jésus me voici devant toi, tout simplement dans le silence, rien n’est plus important pour moi, que d’habiter en ta présence’.”

Désormais, Marie-Françoise, te voilà devant Celui dont tu as tant souhaité découvrir le visage. Tu peux le contempler dans la paix et l’amour. Que le Seigneur t’accueille dans la fraternité du Ciel. »

Lire son autobiographie dans Chronique de décembre 2010 : A travers joies et épreuves, la fidélité

Témoignage de sr Thérèse-Marie Dujardin, dans Portes Ouvertes, n° 72 de 2011 : Sr Marie-Françoise

ImprimerE-mail