2013.Pari.FraternitéGuy Aurenche et François Soulage, s’entretiennent avec Aimé Savard sur la pauvreté et les inégalités.

Quel rôle, peuvent et doivent jouer les deux plus grands organismes de solidarité de l’Église catholique en France ? Guy Aurenche et François Soulage, respectivement président du CCFD-Terre solidaire et président du Secours Catholique, racontent l’aventure de leurs associations qui, en se mêlant des questions d’immigration ou de fraude fiscale, transcendent la mission habituellement assignée aux organisations caritatives.

vigand.legume ver

Atteint du locked-in ou syndrome de l’enfermement, depuis l’âge de vingt ans, Philippe Vigand est paralysé des pieds à la tête. Privé de l’usage de la parole, il ne peut s’exprimer que par les battements des paupières. Si le handicap est très lourd, le cerveau est intact, l’esprit vif, le regard aigu, l’amour vif et … parfois corrosif !

Face à lui c’est vous et moi qui nous sentons handicapés : se hisser à sa ‘hauteur ‘, se mettre au diapason de ses humeurs et humours, le suivre dans ses...

ouvriers agricolesD'anciens ouvriers agricoles prennent la parole. Dans ce travail de mémoire, ils font connaître leurs conditions de vie, leurs luttes pour se faire reconnaître et leur parcours dans la grande mutation du 20ème siècle. Ces témoignages nous font découvrir leurs souffrances, leurs espoirs, leur dignité. Le Frère Julien Savary a participé à la réalisation de cet ouvrage.

D'autres Frères, Soeurs et Amis ont apporté une contribution à ce livre de 260 pages.

question migratoire XXI siecleLes migrations internationales sont devenues un enjeu majeur du XXI e siècle (p. 13).
Elles se sont internationalisées en ce sens que la plupart des pays sont devenus pays de départ ou pays d'arrivée ou encore pays de transit, et même parfois les trois à la fois ! Mais pour l'essentiel elles tournent autour de plusieurs grands pôles régionaux : pays du Golfe, monde russe, Europe, Amérique du Nord. Cette mobilité est contrôlée et des murs physiques, légaux, culturels se dressent. Ils ne peuvent empêcher que de plus en plus de personnes s'installent dans la mobilité et dans un provisoire qui dure.

 

abondance.frugale70Nous vivons avec des certitudes mises dans nos “lois” économiques. Or nous sommes confrontés au défi de résoudre des crises : financières, sociales, écologiques et une crise de sens. Nous pensons tout maîtriser, mais les dérèglements et déséquilibres de nos sociétés mondialisées, vivant dans la démesure et la course folle, obligent l’homme à redécouvrir sa vulnérabilité. Notre système va dans une impasse.

Est-il possible de ralentir ? Y a-t-il un projet de société qui ne soit ni dans le “toujours plus” ni dans la décroissance radicale et permette de vivre à un autre rythme ?